Site des membres du choeur de Radio France

Accueil > Histoire du Choeur de Radio France > Des origines à notre époque

Des origines à notre époque

dimanche 7 mars 2010, par

HISTOIRE DU CHOEUR DE RADIO FRANCE

Introduction

Dès la fondation des orchestres de la radio, il a été nécessaire d’employer des choristes. L’activité chorale à la radio est très vite devenue abondante, avec un nombre d’émissions important, nécessitant l’emploi de plus en plus fréquent de chœurs au départ privés, qui deviennent progressivement de fait les chœurs de la radio.

Toutes les formes de répertoire sont alors abordés : grand répertoire symphonique, musique sacrée, répertoire lyrique, opérette, variétés.

L’idée d’un chœur permanent attaché à la Radio s’est forgée progressivement, paradoxalement principalement pendant la période de la guerre 39/45 et à cause même du caractère instable de l’époque.

Après guerre, l’administration a structuré une situation « de fait » et dès 1945 a entrepris d’établir un règlement des chœurs, base d’une reconnaissance officielle d’un chœur attaché à la Radio. 1947 voit la reconnaissance officielle d’un ensemble choral professionnel attaché à la Radiodiffusion Française et c’est à ce titre que cette date a été retenue comme la date de fondation du Chœur.

Le Chœur de Radio-France est à l’heure actuelle le seul chœur professionnel permanent français à vocation symphonique.

Quelques dates

- 1934 -1937 - 1934 : création de l’Orchestre National, puis en 1937, de l’Orchestre Symphonique de Paris (futur Orchestre Philarmonique) et collaboration principale de deux chorales privées, les chorales Raugel et Gouverné, des noms de leurs chefs respectifs, Félix Raugel et Yvonne Gouverné.

« Les chorales Gouverné et Raugel, d’environ 40 personnes chacune, regroupent des chanteurs aux parcours différents : certains sont issus des conservatoires où ils ont parfois remporté des prix comme instrumentistes, d’autres viennent du théâtre, du milieu lyrique ... parfois même des cabarets ou des brasseries.

L’évolution de la chorale Gouverné montre bien comment ces formations privées, quelque peu hétéroclites, sont progressivement devenues les chorales officielles de la Radio. À partir de 1925, Yvonne Gouverné dirige systématiquement les chœurs des concerts Straram au Théâtre des Champs-Élysées, participant ainsi dès cette date à la vie musicale contemporaine (ainsi créent-ils ensemble Œdipus Rex en 1928). À la mort de Straram en 1934, elle constitue un ensemble vocal mixte restreint, sorte de cours pour les professionnels, dans le but de leur apprendre leur métier de choriste et de servir les œuvres des musiciens contemporains. En un sens, les idées fondatrices de ce qui sera plus tard le chœur de la RTF sont déjà exprimées ici : désir d’encourager la musique contemporaine et volonté de former de bons choristes ...

Encouragé par le Triton, organisme créé par Pierre-Octave Ferroud pour la promotion de la musique contemporaine, le chœur Gouverné donne les premières auditions de chœurs a capella de Florent Schmitt, Poulenc et Roland-Manuel, et se forge une réputation suffisante pour que Munch fasse appel à lui, d’abord occasionnellement (par exemple pour Noces), puis, à partir de 1935, pour tous ses concerts parisiens avec chœurs. Là encore, l’ancêtre du chœur de la RTF participe à de nombreuses premières auditions ainsi qu’à des manifestations officielles remarquées (Requiem de Berlioz dans la cour d’honneur des Invalides le 16 juin 1938 avec Munch, Requiem de Verdi la même année avec Bruno Walter, Salle Pleyel...).

On comprend mieux, dans ce contexte, que la Radiodiffusion ait fait appel à Yvonne Gouverné pour collaborer aux concerts de l’Orchestre National (quasiment dès sa création), puis à ceux des autres formations de la maison. Bien que l’on dispose de moins d’informations sur la chorale Raugel, on peut supposer qu’une évolution similaire l’a conduite à remplir un rôle équivalent auprès de la Radiodiffusion » (Mariame Clément)

- 1939 - Suite à la déclaration de guerre, Emanuel Bondeville directeur de la Radio titularise les choristes : des contrats de trois mois reconductibles, intimement liés aux évènements puisqu’est précisé que le « contrat cessera d’être en vigueur à dater du jour de la cessation des hostilités ». Dans ces circonstances exceptionnelles, des choristes issus des deux formations privées, les chorales Raugel et Gouverné, obtiennent pour la première fois un statut officiel qui les lie à la Radio. L’Orchestre National et les chorales partent pour Rennes.

- 1940 - rupture de tous les contrats des choristes en septembre 1940

Félix Raugel et le choeur en Arles en 1941

- 1941 - l’Etat Français réorganise la Radio, en zone libre à Marseille. Une partie des chorales sous la direction de Raugel, y suit l’Orchestre National ; la chorale Raugel est alors instituée chorale officielle de la RTF ; les choristes restants, sous la direction de Yvonne Gouverné, demeurent à Paris.

- 1942 - La Radiodiffusion Nationale est éclatée entre Vichy, Marseille et Paris. Un règlement des « choristes liés à la Radiodiffusion nationale par contrat » est établi en mai 1942, l’administration de la Radiodiffusion nationale définit pour la première fois un cadre professionnel strict, notamment avec l’introduction d’une clause d’exclusivité vis à vis de la Radiodiffusion Nationale. Les contrats sont cependant toujours provisoires (trois mois reconductibles)

- 1943 - mars 43 : retour de l’Orchestre National et du Chœur Raugel à Paris. Persiste à Marseille, jusqu’à la libération, un petit noyau (la « chorale de Marseille »). Les deux chorales sont réunies à Paris, on recrute en juillet 43 ; Naissance de la régie générale des orchestres et des chœurs. L’administrateur général de la Radiodiffusion, Devillez, exige en contrepartie d’augmentations de salaire, que les chorales cessent de porter le nom de leur directeur et s’appellent désormais « chorales de la Radiodiffusion Nationale » et d’autre part, réaffirme la clause d’exclusivité vis à vis de la Radio. En octobre 43 : Tous les contrats des artistes de la RDF sont dénoncés.

- 1944 - A la libération, les choristes comme tous les musiciens titulaires de la Radiodiffusion française, se trouvent sous le régime de contrats de fait. En septembre 1944 une assemblée générale extraordinaire des Artistes des Chœurs de la Radiodiffusion Française exprime les premières revendications, dont la mise en vigueur d’un nouveau contrat promis en 1943.

Les Choeurs à la Libération

- 1945 - Les Chœurs de la RTF sont divisés en deux formations : 76 personnes dirigés par René Alix (qui deviendra le chef attitré du choeur jusqu’à sa mort en 1966) constituent le chœur symphonique, les 40 autres sous la direction de Yvonne Gouverné constituent le chœur lyrique. A la fin 1945 le syndicat des Artistes Musiciens de Paris dénonce le règlement des chœurs qui liait les artistes choristes sous contrat et la Radiodiffusion française ; des pourparlers sont entamés mais le principe est acquis, d’un chœur formé d’artistes sous contrat.

- 1947 - Suite à des restructurations budgétaires sévères (commission dite de la « guillotine »), Les Choeurs de la Radiodiffusion française, sont reconnus comme un ensemble composé de chanteurs professionnels salariés. Des auditions sont organisées. L’on reconnaît, pour la première fois, l’unicité du chœur : « il n’y a pas deux chorales à la Radiodiffusion Française, mais une seule chorale (…) Cet effectif global se trouve réparti selon les besoins du service. ». L’Ensemble Vocal Marcel Couraud, constitué de 12 chanteurs, est d’autre part lié à la RTF par une convention.
René Alix René Alix (1907-1966), après des études d’orgue auprès de Marcel Lanquetuit et Louis Vierne, travailla l’harmonie, le contrepoint et la fugue avec Jean Déré et Georges Caussade, et la composition avec Albert Bertelin. Organiste de Notre-Dame à Sotteville-les-Rouen dès l’âge de 11 ans, puis de St-Michel du Havre (1928), il devint par la suite suppléant du grand-orgue de Notre-Dame de Paris. Chef des choeurs de l’ORTF, il prit la direction de l’Ecole César-Franck en 1955. Il a écrit des oeuvres pour orchestre, de la musique chorale et vocale, dont une Messe pour soli, choeurs et orchestre, une autre Messe matutinale a capella et un oratorio Les très Saintes Heures de Jeanne d’Arc, de la musique de chambre et instrumentale, ainsi qu’un opéra-comique Yolande.

- 1949 - Publication du Règlement des Chœurs, « applicable à partir du 1er janvier 1949 aux artistes des chœurs titulaires de la radiodiffusion et de la télévision française » ; ce texte a en fait commencé à être élaboré à partir de 1945, à partir du règlement d’orchestre élaboré à cette date ; pour ce qui est des chœurs, ce document n’est achevé et promulgué que début 1949.

- 1953 - Réorganisation des choeurs. Tous les contrats sont dénoncés au 31 décembre 1953.

- 1954 - La moitié des choristes est réengagé sans conditions ; de nouvelles auditions internes et externes sont organisées pour compléter l’effectif. Le rapport Dellard stipule que le nouvel ensemble de 120 choristes reconstitué « constituerait la Chorale de la Radiodiffusion Française ». Un poste de Chef du Service des Chœurs est créé ; c’est Maurice Soret qui en a la charge.

- 1955 - les chorales comptent outre l’Ensemble Vocal Féminin (formé d’anciennes Maîtrisiennes), l’ensemble lyrique, la chorale symphonique et l’ensemble Madrigal (12 choristes, dirigé par Couraud),

- 1956 - Au budget de sept 1956 est voté le passage de l’effectif à 120 personnes.

- 1957 - Au 1er juin 1957 l’effectif théorique est de 120, constitué d’un chœur lyrique de 46 personnes, un chœur symphonique de 62, et l’ensemble Madrigal de 12 chanteurs.

- 1958 - Tournée à Palerme

- 1963 - Le chœur regroupe 116 choristes

- 1964 - Naissance des Chœurs de l’ORTF, à la fondation de celui-ci

- 1967 - A la mort de René Alix, Marcel Couraud (1912-1986), qui a entre temps fondé un ensemble vocal qui porte son nom, devient chef des Choeurs de l’ORTF. Il crée le groupe des Solistes des Choeurs de l’ORTF, "instrument nouveau pour une musique nouvelle". Les créations vont se multiplier.

- 1975 - Naissance du Chœur de Radio-France, suite logique des Chœurs de l’ORTF. On ne distingue plus le chœur lyrique du chœur symphonique.

- 1977 - Jacques Jouineau (né en 1924), qui dirige la Maîtrise depuis 1953, devient chef du Choeur de Radio France.
le choeur en 2002
Le choeur en 2002 (Photo : C. Abramovitz)

- 1986 - Michel Tranchant prend la tête du Chœur de Radio France, suite au départ à la retraite de Jacques Jouineau. Tournée au Japon.

- 1991 à 2000 - François Polgar est le chef du chœur de Radio France. A l’initiative de son directeur artistique Alain Moène, le chœur s’enrichit autour de l’invitation de prestigieux chefs de chœurs : Eric Ericson, Vladislav Tchernouchenko, Norbert Balatsch, Marcus Creed, Romano Gandolfi notamment, et développe, parallèlement aux concerts avec orchestre, une programmation propre « a capella ».

- 1998 - Tournée à Saint Petersbourg, à l’invitation de Vladislav Tchernouchenko chef de la Capella de Saint Petersbourg

- 2001 à 2004 - Philip White est le chef du Chœur de Radio France.

- 2006 - Nomination de Mathias Brauer à la tête du Chœur de Radio-France.